• ITER

Une rencontre inattendue : Willermoz aurait-il lu Plotin ?

En lisant le passage suivant du philosophe néo-platonicien Plotin, il saute aux yeux que nous pouvons y reconnaître le programme initiatique du Rite Écossais Rectifié … à quinze siècles de distance !


« Rentre en toi-même et examine-toi. Si tu n'y trouves pas encore la beauté, fais comme l'artiste qui retranche, enlève, polit, épure, jusqu'à ce qu'il ait orné sa statue de tous les traits de la beauté.

Retranche ainsi de ton âme tout ce qui est superflu, redresse ce qui n'est point droit, purifie et illumine ce qui est ténébreux, et ne cesse pas de perfectionner ta statue jusqu'à ce que la vertu brille à tes yeux de sa divine lumière, jusqu'à ce que tu voies la tempérance assise en ton sein dans sa sainte pureté[1].

Quand tu auras acquis cette perfection, que tu la verras en toi, que tu habiteras pur avec toi-même, que tu ne rencontreras plus en toi aucun obstacle qui t'empêche d'être un, que rien d'étranger n'altérera plus par son mélange la simplicité de ton essence intime, que tu ne seras plus dans ton être tout entier qu'une lumière véritable, qui ne peut être mesurée par une grandeur, ni circonscrite par une figure dans d'étroites limites, ni s'accroître en étendue à l'infini, mais qui est tout à fait incommensurable parce qu'elle échappe à toute mesure et est au-dessus de toute quantité ; quand tu seras devenu tel, alors, puisque tu es la vue même, aie confiance en toi, parce que tu n'as plus besoin de guide; regarde attentivement : car ce n'est que par l'œil qui s'ouvre alors en toi que tu peux apercevoir la Beauté suprême. »


Extrait des Ennéades I, VI, 9 [1 ; Sur le beau], de Plotin, traduction de M. N. Bouillet, IIIe siècle ap. J-C


[1] Cf. Platon, Phèdre, [254b]. Le mot βάθρῳ, siège, qui se trouve dans Platon, doit être ajouté dans le texte de Plotin, pour que la phrase offre un sens.


226 vues0 commentaire