top of page
  • Photo du rédacteurITER

Puissance spirituelle du Johannisme.


Le Greco (1609, Musée du Prado)

Notre Très Cher Frère Jean G. nous offre une réflexion sur l'ouverture pour l'homme de la pensée johannique. Il écrit :


Cet objet d’étude est tellement vaste, que nous ne prétendons, ni le couvrir dans son entier, ni en être les dépositaires uniques.

Nous ne pouvons ici qu’en fournir des éléments contextuels qui dessinent plus un cadre que son fond.

Nous sommes nés dans une culture, héritière des trois monothéismes, de la philosophie grecque, de la loi latine. Comme le dit Jean Luc Perillié, (professeur de philosophie à Montpellier), nous sommes les porteurs de trois « evangelion ».


Pour lui « l’heure serait maintenant venue non pas d’attendre ou de produire un nouvel evangelion (ceux-ci ne surgissent pas à la demande et les manifestations déjà apparues devraient suffire amplement), mais de réorganiser notre patrimoine et d’établir une synthèse »


Le Johannisme est soutenu par la « bonne nouvelle » délivrée par le prologue ésotérique de Jean. Écrit en grec il est lié à la philosophie antique. Se référant aux mythes agraires il utilise le matériel symbolique des premiers cultes et traditions. Juif par l’origine des hommes dont il décrit la vie et le message, il se place dans le droit fil testamentaire, dans son héritage et sa compatibilité. Hellénistique, historiquement, il baigne dans la gnose, l’hermétisme, l’essénisme, les influences égyptiennes. Romain, par la réalité de l’époque qui l’a vu naître, il s’inscrit décisivement dans le monde de la manifestation même s’il se réfère à la plus haute spiritualité.


Les champs lexicaux les plus représentés dans l’évangile de Jean sont dans l’ordre décroissant de leur occurrence : La tradition au sens le plus spirituel, le cosmos/nature, la connaissance, l’ontologie, le témoignage, la vérité, l’amour, la vie….

British Library


Le prologue n’est pas le temps zéro de ce qui conviendrait d’appeler Johannisme, même si cela ne manque pas d’être paradoxal. Il est plutôt une charnière, un jalon, certes fondamental, en tant que synthèse, objectivation, « révélation », au sens apocalyptique de Jean de Patmos. Il illustre une pensée qui existait bien avant lui. L’ésotérisme du prologue est constitué par les innombrables voiles qu’il nous propose d’écarter avec discernement, respect et prudence. Nous ne pouvons affirmer détenir la clef du sens qu’il porte. Le Rite[1] offre ses degrés pour l’approcher. Les yeux ne peuvent se dessiller que progressivement, même si dès la porte franchie du temple tout nous est offert. Mais si la contemplation peut se suffire à elle-même, notamment dans une démarche individuelle, la conscientisation dans une visée de transmission traditionnelle et collective est nécessaire. Les degrés sont indispensables, autant pour protéger le sens que les adeptes. La protection vise l’initié plus que le profane, qui lui de toute façon, quand bien même il accède aux rituels (matériellement à la portée de tout un chacun de nos jours) ne peut en décrypter les arcanes. L’initié a besoin de temps pour s’orienter dans la pensée labyrinthique du sens. Il est en pèlerinage et doit se séparer du subsidiaire pour accepter d’envisager l’essentiel. Il doit remettre en cause des convictions plus ou moins fermes, et cela suppose parfois d’assumer des crises personnelles qui seraient destructrices pour lui et les autres si elles lui étaient transparentes d’emblée. Il ne s’agit pas qu’il se renie ou adopte des idées toutes faites qui ne seraient que des préjugés nouveaux inculqués par d’autres. Il s’agit qu’il se dévoile lui-même à lui-même. Le processus est lent et caché, mais à l’œuvre, constitue l’Art Royal.



Le Johannisme est une « élévation » de l’humain au milieu du cosmos, dans la « conviction de l’Espérance »[2], que ce monde ne se suffit pas à lui-même, qu’il est l’objet d’une volonté et d’un désir qui le dépassent et le transcendent.


JG, 05/2023.

[1] En particulier les « rites johanniques », tel que le REAA dans son ensemble et le Rite Français, dans les loges qui citent le Prologue de Jean à l’ouverture de la loge. [2] Affirmation en apparence contradictoire.

103 vues1 commentaire

1件のコメント


ephigi
2023年6月01日

« Les défenseurs de l’historicité de Jésus, dit Albert Schweitzer, doivent considérer sérieusement l’importance de leur position... Ils courent le risque de soutenir les titres historiques d’une personnalité qui peut se trouver entièrement différente de celle qu’ils imaginaient lorsqu’ils prirent sa défense. »

C'est au milieu de la préoccupation générale du début du 1er siècle de notre ère qu'une femme s'éleva qui vint prêcher le retour à l'ancienne doctrine israélite et la restitution de la science antique.

Cette femme s'appelait Johana ; ses disciples s'intitulent eux-mêmes Mandaïe de lohana.

Les Mandaïtes sont ceux qui croient au Manda de hayyé (esprit de vie), littéralement connaissance de la vie.

On dit aussi « Chrétiens de saint Jean », depuis qu'on a masculinisé…

いいね!
bottom of page