top of page
  • Photo du rédacteurITER

L’Humilité.



Notre Très Cher Frère Gérard Lefèvre nous envoie une méditation sur l’humilité, que chacun pourrait méditer pour soi. Il écrit :

 

Ne t’enorgueillis pas de ton savoir.(Épictète)

Discute donc avec l’ignorant comme avec le savant.( Aristote )

On n’atteint jamais les limites de la compétence. (Proverbes français) 

Il n’y a pas d’expert qui soit pourvu de sa totale capacité. (Proverbes français )

Une parole sage est plus cachée que l'émeraude, pourtant on la trouve auprès d'humbles serviteurs qui broient le grain. (Ptahhotep)


Belle leçon d’humilité, au seuil des recommandations dispensées par le maître au disciple (extrait de la première maxime de Ptahhotep, vizir de l’Egypte antique) qui sont les doctrines de Maât (Déesse de l’ordre, de la solidarité, de l’équilibre du monde, de l’équité, de la paix, de la vérité et de la justice).

Ces citations signifient que nous ne devrions pas être arrogants ou vaniteux à propos de notre propre connaissance ou de notre intelligence. Nous devrions plutôt être humbles et continuer à apprendre tout au long de notre vie.

Du latin humilitas, qui dérive du latin humus  « terre » , le terme désigne justement le fait de garder les pieds sur terre, en acceptant cette part de faiblesse qui est le lot commun des mortels. 


De là à penser que l’humilité est une attitude proprement humaine ?

L’humilité est pourtant une qualité qui est souvent associée à l’être humain. Elle peut être définie comme le fait de ne pas se considérer supérieur aux autres ou de ne pas se placer au-dessus des choses. Cela peut être considéré comme une attitude positive et respectueuse envers les autres et envers soi-même.

Cependant, il est important de noter que l’humilité n’est pas une qualité exclusive à l’être humain. Par exemple, certains animaux peuvent également faire preuve d’humilité envers leurs congénères. En fin de compte, l’humilité est une qualité qui peut être appréciée chez toutes les espèces, car elle favorise la tolérance, la compréhension et le respect mutuel.

Cet article n'a rien de tangible, il ne peut être matérialisé, démontré et servir d'exemple, né de la religion, l'humilité a été reprise dans le cadre de la déférence.


François de la Rochefoucauld indique dans l’une de ses maximes que : l’humilité est la véritable preuve des vertus chrétiennes, sans elle nous conservons nos défaut et ils sont seulement couverts par l’orgueil  qui les cache aux autres, et souvent à nous-mêmes.

L’humilité vertu discrète du silence, oui car le silence n’est pas seulement l’écoute et le respect de l’autre, il est également l’apprentissage.

Nous apprenons des autres et évoluons à leur contact. Le silence est une ouverture à la connaissance, car celui qui parle sème, celui qui écoute récolte.

 

 


François de la Rochefoucauld

 

Est-elle vraiment une vertu et de quelle valeur ?

Pourquoi apprécier celui qui se méprise dans son humilité ?

 

« Le plus grand des biens publics » selon Aristote (Éthique à Nicomaque (IV,3). Il faudra attendre l’avènement du christianisme pour voir l’humilité érigée en vertu positive. « Tu es poussière et à la poussière tu retourneras », annonce la Genèse (3:19), et gare à ceux qui l’oublieraient : en s’attribuant des qualités comme l’intelligence ou le talent, qui sont en fait des dons de Dieu, l’homme tomberait dans l’orgueil, l’un des sept péchés capitaux. « Car quiconque s’élève sera abaissé, et quiconque s’abaisse sera élevé. » (Luc, 14:11).


Mais, l’humilité et la modestie sont souvent confondues, mais elles ont des différences subtiles. Selon un article de Psychologies.com, l’humilité est plus profonde et intérieure, tandis que la modestie est plus superficielle et extérieure .

L'humilité est souvent considérée comme une vertu positive, car elle requiert une reconnaissance de ses propres limites et une ouverture à l'apprentissage et à la croissance personnelle. Cependant, il est important de noter que l’humilité ne doit pas être confondue avec la soumission ou la passivité .

Il est important de préciser que l’humilité dont nous parlons n’ a rien à voir avec le rabaissement, il ne faut pas confondre l’humilité et la mauvaise conscience, l’humilité et le remord, l’humilité et la honte.

L’humilité n’est pas la micropsuchia (se minimiser) d’Aristote, qu’il faut rendre plutôt par bassesse ou petitesse. L’humilité est très différente de négation de soi.

L’humilité est-elle la vertu des saints ?


C‘est que certains de nos Frères se sont pris au sérieux de leur « divinité », de quoi les saints ne sont pas dupes.

‘’DIVIN ? MOI’’





Il faudrait ignorer Dieu, ou s’ignorer soi.

Comme le suggère notre regretté Frère Léo Ferré : « Et si vraiment Dieu existait… faudrait-il s’en débarrasser ? »

L’humilité est une vertu qui consiste à rester dans l’ombre et à s’ouvrir aux autres. Elle ne naît pas d’un sentiment de petitesse ou d’impuissance, mais d’abord d’un émerveillement. Dieu est si grand, la vie est si belle, l’amour est si précieux, que cela nous dépasse.

Il s’agit donc moins de se rabaisser que de s’ouvrir. L’humilité ne conduit pas au rétrécissement de l’esprit ni au refroidissement du cœur ; au contraire, elle est magnanime. Elle est la première de toutes les vertus et la porte d’entrée dans la vie spirituelle.


Nietzsche a dit « Tu dois devenir l'homme que tu es. Deviens sans cesse celui que tu es, sois le maître et le sculpteur de toi-même » mais pouvons-nous croire celui qui a dit aussi « l’humilité est une vertu d’esclave » « Qu’est-ce qu’il voulait dire? C’est une fausse vertu au fond pour les incapables et les incompétents »  ? Je ne voudrais pas compliquer mon propos, mais je ferais une dernière citation ; Mère Térésa a dit « Se connaître nous fait plier le genou, posture indispensable à l'amour. Car la connaissance de Dieu engendre l'amour, et la connaissance de soi engendre l'humilité ».



Friedrich Nietzsche


 Cependant, il est vrai que l’humilité peut conduire à l’athéisme si elle est mal comprise.

En effet, certaines personnes peuvent interpréter l’humilité comme une soumission aveugle à une autorité supérieure, sans chercher à comprendre ou à remettre en question cette autorité. Cela peut conduire à un rejet de la religion et à l’athéisme. Il est donc important de comprendre que l’humilité ne doit pas être confondue avec la soumission aveugle, mais plutôt comme une ouverture à l’autre et à l’infini.


L’humilité est une vertu qui consiste à avoir une conscience claire de ses limites et de ses faiblesses. Elle ne signifie pas le mépris de soi, mais plutôt la reconnaissance de tout ce qu’on n’est pas.

Une personne humble est étonnamment plus courageuse et plus sûre d’elle, car sa force ne réside pas en elle-même. Elle est capable de reconnaître l’action de Dieu dans sa vie et la façon dont il est en contrôle.

Elle est consciente que nous sommes ses instruments et s’il veut que nous nous tenions devant une salle pleine pour proclamer l’Évangile, nous ne devons pas laisser notre orgueil se mettre en travers de son chemin. L’humilité est donc une qualité qui permet de mieux se connaître, de mieux comprendre les autres et de mieux vivre en société. Elle est un moyen de s’ouvrir aux autres et de grandir spirituellement.


GL 11/2023

 

 

 

.

234 vues1 commentaire

1 Comment


Eugenio Marra
Eugenio Marra
Feb 08

Très agréable sujet qui me parle énormément, ce doux mot que j'utilise souvent dans mon vocabulaire. Je lirai ce travail avec beaucoup d'attention. Merci TCF Gérard

Like
bottom of page