top of page
  • Photo du rédacteurITER

Cahier Bleu n° 41 : Le Rite Ecossais Ancien et Accepté 1802.


Un rite Écossais est né en France en 1740, sous l’impulsion d’émigrés Écossais. Dès cette époque le rite est pensé en plus de trois degrés, incluant des ateliers de perfectionnement, jusqu’au 33ème degré.

Des FM Français, gagnent les États-Unis, après un détour par St Domingue. Ils ont patente pour ouvrir des ateliers pratiquant les hauts grades. En Caroline du Sud et tout spécialement à Charleston, vieux foyer maçonnique, va s’opérer entre 1798 et 1801, la métamorphose de l’Ordre du Royal Secret en R.E.A.A, puis sera inauguré le 31 mai 1801 le Suprême Conseil du 33e degré pour les Etats-Unis d’Amérique.


Le R.E.A.A donnera naissance à de nombreux rameaux dont le R.E.A.A 1802 représenté au sein de la Grande Loge Indépendante de France dans le district des Rites Amis par la Respectable Loge agrégée sous le numéro 46 et le titre distinctif « Rosa Nova 6023 ».


Du R.E.A.A 1802


La RL Rosa Nova 6023, « fille » de la Rose des Runes 154 (G.L.N.F) consacrée le 14 10 1972 à l’O:. de Rouen dont certains fondateurs sont les pères du R.E.A.A 1802, est refondée le 07 avril 2012 sous le titre distinctif Rosa Nova 6012 (G.L.A.M.F) puis refondée le 14 janvier 2023, sous le titre distinctif, ROSA NOVA 6023, pour préserver ses principes et le R.E.A.A 1802.

Le R.E.A.A 1802 est un rite spécifique. Il porte les mêmes valeurs que le R.E.A.A dans son ensemble.

Il se place sous les auspices du travail ésotérique johannique, attaché à cette tradition délivrée par le message du prologue de Jean et résumée dans le premier verset : » Au commencement était le Logos… » Le Johannisme est une élévation de l’humain au milieu du Cosmos dans la conviction de « l’Espérance » que ce monde ne se suffit pas à lui-même, qu’il est l’objet d’une volonté et d’un désir qui le dépassent et le transcendent.

Cette tradition s’inscrit dans un foisonnement de pensées. Les investigations spirituelles des fondateurs du R.E.A.A 1802 pour éclairer les fondements de la FM spiritualiste nous plongent dans l’Alchimie, la Gnose, l’Hermétisme, l’Essénisme, les influences Égyptiennes et Hébraïques, l’héritage Helléniste voire des penseurs de Mésopotamie, à la faveur des échanges commerciaux, des conquêtes assyriennes et perses puis d’Alexandre, dont les généraux se partagèrent l’Empire, des italiques puis des romains… Nous sommes les héritiers de ces hommes-là.

De la perception et de la diffusion du R.E.A.A 1802


Il est le Feu. Des Lumières en rayonnent qui éclairent nos recherches. Il nous réchauffe, dans un monde obscur et froid.

À travers la Lumière que les Rituels dispensent, les questions qu’ils posent, nous cherchons la rencontre avec nous-mêmes.

Nous le faisons, entourés et aidés par ceux que nous avons choisi d’appeler Frères, car ils partagent cette généalogie de l’Esprit dans laquelle nous nous sommes délibérément inscrits.

Le R.E.A.A 1802 recourt au symbolisme qui ouvre des espaces vertigineux d’interprétation.

Il n’est pas une fin en soi, qui s’imposerait comme une vérité indépassable. Au contraire beaucoup de F. ont travaillé sur ce rituel, l’ont créé, corrigé sur la forme, commenté.

Pour autant, aucun d’entre eux n’en réclament la propriété ni l’exclusivité.

Les F. Pratiquant le 1802 seraient heureux qu’il soit partagé, connu, apprécié voire critiqué et appréhendé d’une manière inconnue de nos jours par ceux qui viendront après eux.


Le temple Maçonnique du R.E.A.A 1802 laisse sur les parvis, les dogmes, les certitudes, les vérités consacrées ou admises par tous au titre de la pensée devenue unique, formatée.

Le processus lent et caché mais à l’œuvre, constitue l‘Art Royal.

La G.L.I.F permet cette Espérance en laissant la possibilité de pouvoir consacrer de nouvelles loges au R.E.A.A 1802 ou à des rites proches, allongeant ainsi la chaîne d’union des frères nés à ce Rite.


G.L.I.F., 10/2023.


121 vues0 commentaire
bottom of page