• ITER

Équerre vraie ou fausse ?



Notre TCF Gérard Lefèvre nous instruit sur un instrument au fond assez peu connu. Il écrit :

L'équerre sert à tracer ou à indiquer l'angle droit, sinon c'est une sauterelle ou fausse équerre, son emploi, connu il y a plus de 4 000 ans dans l'Égypte ancienne, se poursuit aujourd'hui pour de multiples métiers.

Dédale L’ingénieux précise en ces termes ; Le compas et l’équerre ne sont que la fausse équerre qu’on mettait à la main d’Anubis ou Horus, pour avertir les laboureurs que les vents avaient été bon au lever de la canicule et de se tenir prêts à mesurer leurs terres, à prendre des angles pour les reconnaître.

Elle est composée de deux branches articulées qui pivotent autour d'un axe. Le blocage est assuré par une vis de serrage.

Elle permet de reporter toutes les mesures d'angle comprises entre 0° et 180°. Elle est très utile pour mesurer les angles dans les endroits d'accès difficile, pour un mur ou une maçonnerie. Elle permet également de réaliser des copies d'angles d'après un modèle existant sans avoir à faire une mesure chiffrée.

L’équerre ne mesure pas un angle, mais le compare à un angle droit de référence. La "fausse-équerre", dont les deux branches sont mobiles formant


ainsi un angle quelconque, est un outil utilisé pour reporter avec précision des angles quelconques.

L’Équerre illustre l’équilibre du dépassement de tous les termes binaires : entre le passif et l’actif, le symbolique et le concret, l’intérieur et l’extérieur, le Temple et le monde profane. À elle seule elle figure la Loi morale, la mise en pratique exemplaire de l’enseignement symbolique et de l’échange fraternel. L'équerre rappelle à l'initié que toutes ses actions doivent être dictées par la droiture et la justice.

Tout ensuite est une affaire de ressenti : Peu importe l’équerre, droite, double, à onglets, ou même la fausse équerre, ce qui importe c’est la justesse de l’angle et la proximité du plan de vie à laquelle elle s’applique :

Au plus juste, au plus vrai, au plus humain, en accord avec son but, ses moyens et son objet.

L’équerre associée au compas est le symbole du compagnon accompli, dans sa rectitude et son ancienneté, justifiant l’adage : « Ce que tu fais, te fait ».

Pour moi (la fausse équerre) représente la tolérance de rectitude mais dans un schéma de construction différent.

GL 03/2022


24 vues0 commentaire